CL Passeuse d'âmes

Parution : 15 janvier 2016

Maison d'édition : Auto-édition

Érine Homes est une jeune femme qui tient une boutique d'ésotérisme. Pour elle, l'occulte fait partie intégrante de sa vie et pour cause : elle voit les âmes et la plupart du temps, elles ne sont pas sympathiques.

Descendante d'une famille touchée par une sorte de malédiction, la jeune femme n'a trouvé qu'une seule solution pour ne plus que ces âmes la torture : elle les enferme dans une sphère. La vie suit son court normal jusqu'au jour où un homme entre dans sa boutique, un homme étrange. 

Comment va-t-il changer la vie de la jeune Homes ? Que va-t-il arriver à la jeune femme ? 



Avant toute chose, j'aimerais vous dire que ce roman est un partenariat avec l'auteur (que je remercie encore énormément !) mais que cela ne changera rien à ce que je pourrais dire sur cette oeuvre. Je reste fidèle à mon idéologie d'une chronique littéraire qui est de dire toute la vérité avec le plus d'honnêteté possible. Voilà voilà :)


    Tout d'abord, il faut parler du thème et de l'ambiance du livre. Tout tourne autour de l'occulte, chose qui m'intéresse beaucoup, mais qui doit trop m'effrayer pour que je m'y intéresse pleinement... bref. Je n'ai pas l'habitude de lire des livres avec ce thème et j'ai apprécié de sortir de ma zone de confort. De plus, l'occulte est présent tout au long de l'oeuvre, mais je trouve que c'est plutôt léger et non bourré de détails qui ne m'auraient surement pas plu. Ici, ce n'est pas du tout le cas et je pense que l'oeuvre est bien homogène .

Rebondissons sur cette homogénéité en parlant d'une autre part du récit : le triangle amoureux entre l’héroïne et deux autres protagonistes. Il y a un très bon équilibre, ce n'est pas trop, ni pas assez (trop de romantisme, de guimauves et de guéguerres d'amoureux auraient vraiment totalement gâchée l'histoire. Je ne pensais pas trouver un triangle amoureux en commençant ma lecture,  mais cela ne m'a pas gênée, c'est même agréable, ça rajoute un petit truc en plus que l'auteur peut intégrer.

 

    Parlons maintenant d'un élément que le lecteur ne découvre pas immédiatement dans le récit : la malédiction de la famille Homes. Effectivement, on nous apprend que les membres de la famille d’Érine -l’héroïne- sont touchés par une malédiction issue d'un pacte entre un des leurs et un puissant démon (non non, je n'en dirai pas plus !). C'est un sujet que le lecteur n'apprend pas longtemps après le début de sa lecture mais plusieurs éléments vont venir se greffer au fur et à mesure que la lecture va avancer. C'est le premier point que j'ai bien aimé car je ne m'y attendais pas et que, comme le triangle amoureux, rajoute du plus dans l'oeuvre. C'est très bien trouvé !

 

    Passons au dernier point qui est un peu complexe pour moi. J'entends par là que j'ai des avis totalement extrêmes (c'est possible oui oui !). Je m'explique : l'auteur a créé un monde où deux "dimensions" existent, celui du monde où vivent les humains/mortels et l'autre où les morts habitent. Dans ce dernier, une hiérarchie est présente ainsi que deux "royaumes" : celui des Enfers appelé Le Labyrinthe et celui du Paradis nommé Le Jardin (si je me souviens bien). Chaque royaume est géré par une personne : un homme pour Le Labyrinthe et une femme pour Le Jardin. Tous deux sont mariés ensemble depuis la nuit des temps. Bien je pense en avoir assez pour que vous me compreniez. Alors, d'un côté, j'ai vraiment adoré cette histoire de roi et reine gérant chacun un bout du monde des morts, mais je suis restée sur ma faim et je suis assez déçue de ne pas avoir eu plus d'éléments sur ce couple et de ne pas avoir "rencontré" la Reine qui ne sort jamais de son Eden. C'est dommage et j'espère de tout mon cœur que ce point sera plus développé dans le tome deux (qui est déjà sorti d'ailleurs !).

 

 

    En bref : Un partenariat que j'ai beaucoup aimé faire et qui m'a permis de découvrir un monde inédit, une auteure et une personne d'une grande gentillesse à la plume légère et originale. Merci encore Lyn ! :)


Écrire commentaire

Commentaires : 7